Villers la Vigne: le vignoble de l'Abbaye de Villers la Ville
Villers la Vigne: le vignoble de l'Abbaye de Villers la Ville
Confrérie du Vignoble de l'Abbaye de Villers en Brabant
Notre savoir-faire se déguste avec sagesse
Villers la Vigne: Vin de Pays des Jardins de Wallonie
Villers la Vigne: Notre page Facebook
Accueil | Agenda | Actualités | Devenir membre | Visites et événements | Documentation
Le vignoble | La Confrérie | Notre charte | La chorale | Nos voyages | Nos amis | Espace photo | Contact
Villers la Vigne. Le vignoble de l'Abbaye de Villers la Ville, en Brabant

Réunion de travail.  07/05/2011

Plus mai est chaud, plus l'an vaut.
Chaleur au mois de mai, de tout l'an fait la beauté

Les saints de glace sont une période climatologique située, selon des croyances populaires européennes du Haut Moyen Âge, autour de saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais traditionnellement fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année. Ces saints sont invoqués par les agriculteurs pour éviter l'effet sur les cultures d'une baisse de la température qui s'observerait à cette période et qui peut amener du gel (phénomène de la lune rousse). Une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre.

La lune rousse est la lunaison après Pâques, une période où, lors de nuits sans nuages, il y a des risques de gelées qui font roussir les jeunes pousses des plantes.

En cette époque de miracle papaux, il y un autre miracle des saints de glace qui, cette année-ci, ne tombent ni ne retombent avec l’âge, ou plutôt le temps car ces saints là, ils ont fondu avec le soleil…Et oui, Madame, Monsieur, les temps changent… Il fait chaud, très chaud, même estival ce 7 mai. La Campine limbourgeoise était la région la plus chaude d’Europe vendredi. Les 28,6 degrés Celsius qui ont été enregistrés à Kleine Brogel représentent la température la plus élevée de toute l’Europe et la journée la plus chaude jusqu’à présent, a indiqué ce samedi le météorologue Eddy De Mey. Peu après 14 heures ce samedi, la température à Kleine Brogel a dépassé les 29 degrés. C'est 2 degrés de plus qu'ailleurs en Europe, à l'exception des Pays-Bas où la météo est également particulièrement estivale. Sur le coup de 13 heures, ce sont les Pays-Bas qui avaient détenu le record des températures les plus chaudes d'Europe, avant de céder la main à la Belgique.

Ce samedi matin  est une petite réunion normale, pas encore trop de travail pour l'instant...comme annonce notre chef de culture dans son invitation.

Aujourd’hui, nous ébourgeonnerons. De la façon suivante :

 


Quatrième stade de cette année viticole 2011:

1ier stade :     Descente de la sève fin 2010
La vigne vient de produire, le climat devient rigoureux, la sève descend, La plante est au repos

2ième stade      La taille et le tirage des bois (mars)
La taille assure la conduite de la vigne tout en améliorant la qualité de sa production

3ième stade    Débourrement (avril)
Apparition des premiers bourgeons, puis éclatement. Naissance des premières feuilles.

4ième stade    Pliage (lundi de Pâques), Ebourgeonnage (début mai)
Pliage de la latte sur le palissage afin répartir les bourgeons horizontalement.
Suppression stratégique des bourgeons pour équilibrer les futures grappes sur le rameau et réguler le rendement de la vigne

L’ébourgeonnage consiste à supprimer certaines jeunes pousses indésirables qui sont inutiles pour la vigne (gourmands, double et triple bourres ou pousses) situées sur le courson, la baguette et le bois de l'année précédente. Cette technique permet de limiter la croissance de ces pousses inutiles qui ne sont que des pompes à sève et qui ne servent à rien mis à part d’encombrer la tête de la souche quand ceux-ci auront grandi de façon conséquente.

Ces pousses seront inutiles dans l’année car elles ne sont pas fructifères et peuvent donc épuiser la souche en utilisant des réserves pour rien. Le viticulteur se fixe un nombre de départ de rameaux par pied et passe dans toute la parcelle pour supprimer les pousses en trop. Cette méthode permet, en partie, de réguler les rendements. Cette action est souvent combinée à l'épamprage, qui consiste à supprimer toutes les pousses ayant démarré sur le vieux bois.

L’ébourgeonnage se déroule évidemment dans nos régions au mois de mai et juin.

Nous avons regardé amoureusement les bourgeons qui ont démarré et nous avons éliminé ceux qui poussaient sur la charpente et le pied. Comme il y a aussi souvent sur le Régent le développement de deux bourgeons ensemble, nous en avons gardé qu’un. 

Ceci toujours dans le but de régulariser et contrôler la végétation par rapport à notre taille.
Merveille de la nature qui se réveille chaque année, nous distinguons déjà les futures grappes.  Les plus matheux d’entre nous…ou les plus assoiffés font déjà une moyenne par pied, et s’envole dans des calculs savants pour estimer la future récolte, sauf accident climatique ou autre évidemment.


Il fallait également d'éliminer les ronces et autres plantes parasites qui poussent sur le grand mur à l’aide  d'échelle ou d'escabelle….travail ingrat et fort mixte ce samedi matin. Merci.

Pendant que beaucoup prennent la pose et pensent à autres choses…le bêcheur fou …bêche…sans relâche, avec une précision et un train d’enfer…sous le soleil de plomb, peu protégé des violents rayons de soleil par l’ombre bienvenue du grand mur. L’équipe d’arrachage de mauvaises herbes lui ouvre la voie.

Puis vient le temps de la pause de midi…tiens les verres sont prêts et le vin ne coule pas…

Mais que se passe- t’il ?

Les convoyeurs d’or rouge attendent…Evaporés sous les grosses chaleurs ?

Que nenni, les amis. Ce midi, nous pouvons visiter le futur chai juste en face de notre vignoble.

La clé tant convoitée ouvre la caverne fraîche d’Ali Baba qui contraste avec la canicule extérieure. Mais l’intérêt des vigneronnes et vignerons est manifeste et a bien vite réchauffé la fraîcheur des lieux par son brouhaha bien normal.

Tous les commentaires les plus superlatifs sont utilisés. Et je crois sentir alors une poussée de fièvre de questions légitimes et intéressées.

Tout cela donne fort soif et les vins coulent à flots sur le coup de 13 heures.
Après quelques bouteilles de Phoenix de notre terroir villersois et autres surprises amenées par l’un ou l’autre dont un Tutti Frutti rouge bien friand du Boulevard Neuf…, deux flacons couleur noire d’encre…retiennent mon attention par leurs noms sur les étiquettes : d’une part Clinton/Baco et d’autre part, Fragolino…

Le Clinton 
Originaire de l'État de New York où il fut planté pour la première fois en 1821, il s'agit d'un hybride planté
dans le Frioul et la Vénétie
Importé en France des États-Unis au XIXe siècle pour sa résistance au phylloxera. En France, c'est un cépage prohibé depuis 1935 comme le sont les cinq autres du même groupe : le Noah, l'Herbemont, l'Isabelle, le Jacquez et l'Othello (issu du croisement du Clinton avec le Frankenthal).
Le vin de Clinton est un vin faiblement alcoolisé (souvent moins de 10 degrés), à boire très jeune car il se conserve mal.
La production de Clinton a quasiment disparu mais des néo-Cévenols essaient de redynamiser la culture de ce cépage, notamment en produisant des jus de fruits.

Le Fragolino
, qui est un vin rouge spécial, introduit en Europe suite à l'épidémie de phylloxéra, au goût de petites fraises des bois, produit dans le nord-est de l'Italie, obtenu par la vinification de raisin connu en Italie sous le nom de uva fragola (raisin fraise), appelé aussi raisin américain, Isabella ou raisin de Cassis (raisins non européens).L'Union européenne en a interdit la vente (mais pas la production).

Le Baco noir qui serait un croisement des cépages Folle-Blanche × Vitis riparia réalisé en 1902. Le cépage est donc un Hybride producteur direct et ne figure pas sur la liste officielle de l'Union européenne des cépages autorisés Il est un peu cultivé au Canada (vu sa maturité précoce) et aux États-Unis.

Nous avons alors autant bu de commentaires que de flacons, tant la diversité ampélographique ce midi créait l’enthousiasme. Les derniers ont fermé la porte vers 15h avant l’arrivée de la visite guidée de notre Jean de Villers.

Il y a des vins de grappes et des vins de racines.
Les premiers espèrent tout du ciel.
Les seconds trouvent leur vérité dans la terre.
J’aime ces vins de terroir.
                    Jean-Marc Brocard (vigneron biodynamite …ou biodynamique)

A demain, pour de nouvelles aventures bavaroises…ou braveroises,

Christophe
 

 

Revenir aux actualités

© Villers la Vigne - Tous droits réservés - Mentions légales - Plan du site